Rechercher
  • Emilien Chevalier

Journal de bord - Semaine 5 : "Zdravo" - Senghor

Hello !

Ça fait déjà un mois que l’aventure a commencé, merci de nous suivre depuis le début (ou d’avoir rejoint l’aventure en cours de route!) ça nous donne de la motivation dans les moments moins marrants et envie de partager ça avec vous dans les moments tops !

4 semaines ont passé, vous avez donc pu goûter au style littéraire de chacun.

C’est désormais le retour de votre écrivain favori pour cette 5ème semaine !

On partit de chez Antonio vers 10h le dimanche matin. La route était assez simple: suivre la mer pendant toute l’étape.

En rentrant dans la ville de Lido, Émilien s’arrêta net. Il avait senti un kebab et plus moyen de continuer. Rejoint par l’ami Richard dans ce projet d’envergure, nous avons lutté avec Rannou pour les en dissuader. Peut être que le fait qu’il était 11h30 et que nous n’avions fait que 10 km sur une journée à 80 jouait en notre faveur, nous avons donc continué un court moment.

Nous continuâmes un moment jusqu’à 13h ou l’envie devint alors trop grande. L’idée du kebab était resté, on s’est alors arrêté dans un kebab sur le chemin qui était ma foi, délicieux. On s’est régalés et tout le monde a passé un excellent moment. Moins quand il a fallu remonter sur le vélo!

On poursuivit la route un moment à une belle allure. La ville de Lido est assez grande et très sympathique. Nous comptions faire du camping sauvage ce soir là.

Vers 17h, comme le veut le rituel, on s’arrêta pour trouver de l’eau et un spot pour la nuit.

On trouva des champs en pleine nature assez beaux. On demanda aux voisins si cela pouvait poser problème qu’on passe la nuit dessus. Ils nous répondirent que ça appartenait à des gens mais pas à eux visiblement. On est un peu embêté. Puis on vit leur voiture s’en aller au loin. Quelle erreur!

Hop, problème réglé !

On dormit donc dans un coin sympa à côté de vignes. Le repas fut composé d’1kg de pâtes que chacun assaisonna à sa guise. On se coucha de bonne heure.

Réveil le lundi à 7h, gros petit déjeuner et départ avec pas mal de kilomètres à faire. L’objectif était d’arriver à Trieste à la fin de la journée.

On roule bien, l’absence de kebabs à proximité nous facilitant la tâche (enfin, pour certains surtout!)

La route est pas top, on suivit la départementale à la queue leu leu, le long de la ligne (et avec nos casques bien attachés évidemment !!) en esquivant de nombreux coups de klaxons au moindre écart de route (les italiens ont une très forte culture du klaxon visiblement)!


On pense à faire une pause déjeuner et on tombe sur un petit panneau de bord de route (dont nous sommes tous très friands) assez discret qui annonçait un restaurant de pâtes pas très loin. On arriva dans un petit restaurant et on opta pour une énorme assiette de pâtes.

Encore une fois ce fut un régal. Surtout pour moi qui fit le bon choix de pâtes aux 4 fromages, et pour Rannou celles au saumon. Ce ne fut malheureusement pas le cas d’Emilien et Richard qui se tournèrent vers des pâtes à la sauce tomate et au porc qui s’avérèrent être en réalité des simple pâtes à la sauce tomate, ce que nous avons mangé probablement une dizaine de fois ces derniers jours !

On reprit la route après (le gérant du restaurant fermait ce qui nous obligea à partir, on serait bien resté en terrasse à digérer avec les cafés).

En arrivant avant Trieste c'est un peu la course: c'est une grande ville et nous souhaitions la visiter en prenant 1 jour de pause, il nous fallait donc un endroit où dormir et ou laisser les affaires pour la journée en sécurité. On ne trouve pas d’hôtes via nos nouvelles applications favorites Warmshowers et Coachsurfing, on se tourna donc vers un Airbnb.

Richard, lui, décida de partir seul trouver un autre endroit (en Italie la langue reste moins une barrière que dans nos futures destinations (Croatie, Slovénie...) et à 4 c’est difficile de se faire héberger). Il partir donc de son côté tenter l’expérience pendant qu’on se dirigea vers notre AirBnb.

Après ces derniers jours de camping sauvage, la douche chaude fut la première activité, suivie ensuite par une succession de machines à laver.

Richard avait trouvé un endroit entre temps, donc c’était parfait !

On se lance ensuite tous les 3 (profitant du confort et du luxe qu’offrent 4 plaques de cuisson avec des ustensiles de cuisine autre qu’un Opinel et un couteau en plastique Quechua) dans la préparation de burger de compétition (confits d’oignons, compote de courgettes et champignons, steaks végétariens, fromages à gogo, pomme de terre sautées…)

C’est incroyable.

On décide ensuite d’aller visiter la ville et de se balader. On trouve un bar sympa à côté de la maison. On prévient Richard qui hésitera une demi seconde avant de nous rejoindre.

On fait un tour, un autre bar, et on rentre tous les 4 à la maison.

Pour la nuit, j’avais gagné le lit double tout seul au tirage au sort, face au duo Emilien-Rannou qui se partagerait l’autre lit.

Autant vous dire que la présence surprise de Richard a mes cotés pour la nuit m’a rempli de joie !

Le mardi matin, après un lever tardif, on s’adonne à la préparation de crêpes. Vous aurez deviné qui s’est occupé de ça: le breton du groupe Rannou (je tiens à préciser pour les éventuels bretons qui nous liraient qu’elles ont été faites avec du beurre doux).

Après un nouveau festin (on blague très peu quand il s’agit de bien manger et qu’on a les outils à disposition qui le permettent), chacun vaque à ses occupations après planification de l’itinéraire et trésorerie.

C’est ensuite visite de la ville pour certains et sieste pour d’autres (vous devinerez facilement dans quelle équipe était Rannou qui s’était couché bien après 20h la veille !).

C’est ensuite le moment de répondre aux questions de nos abonnés sur Instagram, on les lit toutes, certaines sont très marrantes, certaines ne sont malheureusement pas postables… on fait un tri et on y répond. Il y a bagarre quand il s’agit de répondre à la fameuse question « qui est le plus rapide » posée à moultes reprises, Richard shotgun la question et dit que c’est lui… je ne m’en fais pas, personne n’y croira !

Départ le mercredi matin du Airbnb, on passe dans un magasin de bricolage sur le chemin et peu de temps après, au beau milieu d’une piste cyclable le panneau indiquant la Slovénie apparaît. C'est avec une grande fierté que je gagne la folle course qui s’ensuit et roule le premier en terre slovène. Pas de gardes, pas de barrière, juste un panneau, c’est amusant !


On continue un peu et décidons ensuite de trouver un restaurant ou l’on pourrait goûter aux spécialités slovènes (on y passait que rapidement dans la journée, il fallait donc être efficace ! ). On croise un vieux avec une bonne tête de slovène et on lui demande (tant bien que mal car on découvre avec surprise qu’on ne connaît pas un mot de slovène (même bonjour) moitié italien moitié anglais ou l’on pourrait goûter à des spécialités du pays. L’air amusé mais perplexe, il réfléchit et nous redirige vers un inter Spar pas très loin.

Oui oui, il nous conseillait d'aller au Spar, supermarché qu'on trouve à tous les coins de rue en France.

On décide donc de rentrer un peu dans la vile, puis on voit un resto sympa et on s’y arrête.

Ils nous amènent directement une soupe et une salade avant même de regarder les menus, c'est surprenant et très bon!

Je demande la spécialité: on me sert une saucisse façon choucroute avec du choux, ça me parait plus alsacien que slovène mais c’est les risques en demandant à la serveuse de choisir pour soi!

Les autres ont poisson-purée et poulet-pomme de terre, rien de très dépaysant non plus.

On reprend la route ensuite, c'est magnifique, il fait super beau et le paysage est sublime, c'est unaniment et directement notre endroit préféré à tous les 4. On alterne entre villages, bord de mer, port et parc naturel.



Vers 17h, le soleil se couche, on se met donc en quête d’un spot pour dormir. On tombe en sortie d’un parc naturel sur une super maison. On y va avec des pincettes, on demande d’abord si on peut prendre de l’eau à leur robinet puis notre champion du logement Richard demande si on peut planter la tente chez eux. Ils refusent d'abord car c'est illégal (et le monsieur était policier), puis un ami à lui vient nous proposer du schnaps. Richard lui dit qu’on aurait adoré mais qu'on doit trouver un endroit pour dormir en urgence…

Bingo! Il craque et nous propose sans plus attendre son jardin (qui est quand même énorme on est sur une espèce de ferme - pour l’ordre de grandeur du terrain-).

On plante la tente et on se prépare des pâtes sauce tomate (qui nous avaient presque manqué). 19h15 dans le sac de couchage, je crois que c'est un nouveau record battu!


Nos hôtes s’appellent Jacov et Avgostini. On boit un café avec eux le lendemain matin (et on discute en anglais, après avoir tenté un peu toutes les langues).

On reprend la route, les paysages sont incroyables, c'est vraiment très sympa. On s’arrête ensuite acheter de l'huile d'olive dans une boutique assez originale: petit panneau annonceur écrit à la main juste avant et on arrive en fait dans ce qui était probablement la maison de la vendeuse.

Puis on arrive à proximité d’un lac, le paysage est vraiment magnifique, et sans se concerter on s’y arrête autour pour le déjeuner. Avec Rannou on saute dans l’eau directement (on y reste pas plus de 5 min), ce qui réveille et fait un bien fou (et fait aussi office de douche au passage) !


On reprend la route et plus tard en s’enfonçant un peu dans la forêt, on trouve un très bon spot de camping sauvage: en pleine forêt, personne autour, les villages sont loins et on a fait le plein d’eau avant !

On y fait un feu (qui fait office de chauffage, ça fait vraiment la différence après 18-19h et surtout ça nous permet de passer du temps après le dîner hors des tentes (sinon par manque de lumière et de chaleur on fonce directement après le repas dans nos duvets).





On refait un petit feu le matin (qui nous aide à bien démarrer la journée) et on se met en route. On traverse les terres pour rejoindre la côte croate qui est magnifique.

La Croatie c'est magnifique mais il y a quand même beaucoup (trop) de montagnes (en tout cas sur les routes que l'on prend), donc ça descend, et puis ça remonte, ça redescend et puis ça remonte encore plus…

On passe la nuit dans une ville vraiment nulle, les gens nous regardent avec des airs vraiment étrange, les maisons n’ont aucun charme, et on s’y sent pas trop à l’aise. On plante la tente au bout d’un chemin.

Le lendemain on ne s’attarde pas, direction Rijeka! On démarre direct dès 9:30 par une superbe côte (le matin c'est top, ça réveille d’un coup et ça nous permet d’ôter nos pantalons et nos sweats assez rapidement en général, car les matins sont très frais donc on part généralement très couverts sur le vélo).

La route est incroyable, on est tous les 4 d’accord pour dire que c'était notre plus belle journée de vélo: soleil plein, côte croate magnifique sous notre nez, plages et criques que l’on aperçoit d’en haut…

On s’arrête manger sur une plage, baignade habituelle pour Rannou et moi, et ce coup ci même Richard y a gouté.


Arrivés à Rijeka, nous nous dirigeons vers notre airbnb pour le samedi soir, et nous retrouvons notre amie Jade qui était dans le coin. La rencontre avec elle était amusante: Jade était animatrice à notre WEI (week end d’intégration de notre école d’ingénieurs), on a pas mal rigolé avec elle pendant tout le week end, et elle nous a ensuite suivi sur Instagram. Voyant qu'on passait près d’elle, elle a modifié un peu son itinéraire pour passer le week end avec nous à Rijeka!

On arrive dans l’airbnb et on découvre avec stupeur les talents photographiques du propriétaire de l’appartement puisque l'appartement est passable pour 2 mais n’est pas du tout adapté pour 5.

Il faut savoir qu’on a chacun 5 sacoches de vélo, qui prennent à elles seules la moitié de la pièce. L’autre moitié est répartie en un lit double où dormiront Jade, et les 2 Elliotteuh (vous noterez que je ne favorise aucune orthographe par rapport a l’autre), Emilien dort sur un canapé qui mériterait plus l’appellation de fauteuil tant bien que mal et quand à moi j’occupe la place entre l’évier et la table de bar/à manger sur mon matelas. On tient tous finalement !

C'est le soir d’Halloween, on est dans une grosse ville et c est surtout samedi soir: l’occasion pour Pékin sans stress de s’autoriser sa première vraie sortie depuis le départ (il faut savoir qu’à Grenoble nous avions un rythme de fêtes très soutenue pouvant osciller entre 2 et 6 sorties par semaines - le dimanche soir étant sacré c'est connu- ). Nous nous sentions un peu sevrés depuis le début !

C'est donc avec joie qu’on sort dans Rijeka.

Notre amie Jade nous ramène des déguisements (elle voyage en sac à dos, à le strict nécessaire sur elle, c'est donc assez improbable!): oreilles de lapin pour Emilien, chapeau de sorcière pour Elliott, et moustache et barbichette pour Elliot. J’hérite quand à moi des dents de vampire.


Autant dire qu’on fait sensation dans la ville, on a l’impression d’être comme quand vous allez a une soirée déguisée et que vous vous rendez compte au fur et à mesure que vous êtes le seul à être déguisé.

On trouve le quartier avec du monde: des bars-boites de nuit ou on trouve du beau monde de tous les âges, et pas tant de touristes car on est fin octobre et que tout le monde n’est pas en vacances comme nous pour l’année après tout.

On rencontre beaucoup de monde différent, on parle un peu toutes les langues, on essaye d’apprendre le croate, on voit les oreilles de lapin d’Emilien sur une tête différente à chaque fois, et on finit chez des espagnols qui décident de ramener tout le bar à la fermeture de celui ci chez eux (quelle drôle d’idée!)

Ça fait plaisir de voir beaucoup de monde, et surtout des jeunes car on en croise pas tant que ça sur la route (pas du tout en fait!)

Et voilà pour cette belle semaine, commencée en Italie, avec un passage en Slovénie et un début de la Croatie ! Côté forme physique tout le monde va bien. Emilien a de plus en plus de galères avec son vélo, mais il s’en sort et le moral est toujours super !

Je commence à tester le vélo sans cuissard/cycliste, on verra si ça tient…

A dans 4 (longues) semaines !



400 vues10 commentaires

Posts récents

Voir tout